Le pervers

Hello, je me nomme Maxime. Je devais avoir entre 4 et 5 ans. Je devais être sûrement en vacances de la maternelle, plus précisément de la grande section. Ma famille et moi habitions une cour commune d’où nous avons déménagé depuis 2009. Ma mère m’a interdit de quitter la cour parce qu’à l’âge de 3 ans je lui avais créé une frayeur. J’ai suivi une personne qui venait de sortir de la cour et elle ne le savait pas. Donc on a dû me chercher pendant un moment.

L’interdiction est posée. Je suis obligé de m’y conformer de peur de subir des représailles. J’avais un ami dans la cour et c’est dans leur maison que je partais m’amuser. Il avait un oncle (frère de son père ou de sa mère) qui y vivait. Quand j’ai commencé à fréquenter la maison, il était cool. Quelques temps après, il vient et me dit qu’on va faire un jeu.

Il dit que je serai sa femme et je lui sucerai le pénis. Étant enfant, je n’étais pas conscient de quelque chose. Donc je m’appliquais. Cela a duré le temps que je reprenne les cours. Ce qui fait environ deux mois et demi. Chaque jour, c’était le même scénario.

Ceci a eu des répercussions sur moi. Je m’explique. Lorsque je vois une femme qui a une forte poitrine, quel que soit son âge, je suis immédiatement en chaleur. Mon pénis devient raide dingue et je ne peux le contrôler. L’image peut rester dans ma tête pendant un bon moment avant que je ne redevienne moi-même.

J’ai eu une relation amoureuse dernièrement. Je dirais ma première vraie relation car les autres étaient des flirts de quelques semaines. Il arrivait des moments où je la désirais, mais je ne voulais pas de rapports sexuels. Sucer ses seins me suffisait largement. Lorsque nous étions seuls, je demandais uniquement à lui sucer les seins.

Je crois que le réflexe acquis malheureusement étant enfant me poursuit. C’est mon côté sombre qui me détruit. Il arrive des moments où j’évite des événements quand je sais qu’il y a du monde pour éviter de me honnir moi-même. C’est la religion qui m’aide à tenir.

Je suis chanceux parce qu’il n’a pas abusé de moi. Cela aurait surement développé chez moi des tendances homosexuelles. Faisait-il cela parce qu’il n’avait pas de succès auprès des femmes ? Je ne saurais quoi dire. Une chose est sûre, j’ai été sa victime.

 

Par ce récit, j’aimerais interpeller les parents, les aînés de famille sur le fait de discuter avec les enfants pour savoir ce qui se trame dans leur vie. Car très souvent les maux viennent de là. J’en suis la preuve.

PS : Maxime sera le nom des personnages masculins des histoires qui ne sont liées à moi.

PARTAGER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *